Analyse et vérifications réalisées par l’AFP, CORRECTIV, Pagella Politica/Facta, Maldita.es et Full Fact

Téléchargez l’intégralité de l’enquête ici ou consultez cette analyse très étoffée sur https://covidinfodemiceurope.com/?lang=fr

Ce travail est le fruit d’une collaboration entre les services de vérification indépendants de médias dans cinq pays européens: l’Agence France-Presse en France, CORRECTIV en Allemagne, Pagella Politica/Facta en Italie, Maldita.es en Espagne et Full Fact au Royaume-Uni.

Il a été réalisé à la lecture des factchecks publiés par ces cinq médias en mars et avril, alors que l’épidémie de Covid-19 faisait rage en Europe, et que des mesures de santé publique de grande ampleur étaient déployées. Au total, 645 articles concernant le Covid-19 (et les questions sociales et politiques liées à la gestion de l’épidémie).

Ce total inclut également des articles explicatifs et des éclairages, quand bien même ces derniers ne répondent pas à une affirmation erronée en particulier. Nous incluons par exemple les articles qui font le point sur l’avancée de la recherche sur le virus, ou sur les différentes mises en oeuvre du confinement dans chaque pays.

LES INFOX LES PLUS RÉPANDUES

Voici les sujets qui ont été les principales sources de mésinformation dans les pays où nous travaillons. Certains de ces sujets sont liés, mais nous les avons considérés comme suffisamment distincts pour les mettre en évidence:

Les traitements et remèdes

Les conseils erronés – voire dangereux – et les prétendus traitements et remèdes contre le Covid-19 ont sans doute été le principal sujet de mésinformation. Nous reviendrons en détail ci-après sur certains grands thèmes de cette catégorie.

Le virus, fabriqué par l’homme?

Nous avons vérifié de nombreuses publications selon lesquelles le virus avait été conçu en laboratoire. Parmi elles, figurait une fausse déclaration, attribuée au scientifique japonais Tasuku Honjo, prix Nobel de médecine en 2018, selon laquelle le nouveau coronavirus n’était “pas naturel” (relayée en France, en Espagne, en Italie et au Royaume-Uni) ; des publications, parties des Etats-Unis, affirmant que le Covid-19 est une arme biologique (et dont des variantes ont circulé en Allemagne, en Espagne et en France) ; et d’autres prêtant une origine locale au virus (comme en France, où une vidéo virale affirmait que le Covid-19 avait été conçu par l’institut Pasteur).

Les traitements et remèdes

Beaucoup de fausses informations, diverses et variées, ont circulé sur les traitements et remèdes, mais nous avons repéré des infox communes aux différents pays.

L’hydroxychloroquine et le dioxyde de chlore Présentées comme un traitement potentiel contre le virus par des médecins et des personnalités publiques, comme Donald Trump ou Elon Musk, l’hydroxychloroquine et la chloroquine ont fait l’objet de nombreux articles au Royaume-Uni, en Espagne et en France (l’un des plus fervents défenseurs de ce traitement est un médecin français). Des publications affirmant que le dioxyde de chlore, un désinfectant, était lui aussi un remède potentiel ont été repérées en Allemagne et, à plusieurs reprises, en Espagne. Un test respiratoire pour détecter le nouveau coronavirus

Nicotine Des publications, prétendant que retenir temporairement son souffle permettrait de détecter une infection au Covid-19 ont circulé en France, en Allemagne, en Espagne et au Royaume-Uni. Ces publications étaient souvent accompagnées d’un autre conseil infondé : la consomation régulière d’eau permettrait de se protéger du virus. L’idée infondée que la consommation de tabac ou de nicotine peut protéger du nouveau coronavirus a donné lieu à des articles de vérification en Allemagne, en Italie et en Espagne.

Gargarisme d’eau mélangée à du sel ou du vinaigre Parmi les nombreux conseils infondés que nous avons vérifiés, celui de boire ou de faire des gargarismes d’eau tiède mélangée à du sel ou à du vinaigre pour combattre le virus a circulé dans chacun des cinq pays. On peut trouver des publications de ce type en Allemagne, au RoyaumeUni, en France, en Italie et en Espagne.

Désinformation vaccinale LES INFOX LES PLUS RÉPANDUES

Les rumeurs infondées et les théories conspirationnistes autour des vaccins ont constitué un autre thème majeur dans les cinq pays. Des internautes ont affirmé que des participants à un essai clinique pour trouver un vaccin contre le nouveau coronavirus étaient décédés (des posts au sujet d’une même volontaire prétendument décédée ont été partagés au Royaume-Uni, en Espagne et en Italie). D’autres assuraient qu’un ou des vaccins étaient déjà disponibles ou étaient imminents (notamment en France, en Italie, Nous avons vérifié de nombreuses publications selon lesquelles le virus avait été conçu en laboratoire. Parmi elles, figurait une fausse déclaration, attribuée au scientifique japonais Tasuku Honjo, prix Nobel de médecine en 2018, selon laquelle le nouveau coronavirus n’était “pas naturel” (relayée en France, en Espagne, en Italie et au Royaume-Uni) ; des publications, parties des Etats-Unis, affirmant que le Covid-19 est une arme biologique (et dont des variantes ont circulé en Allemagne, en Espagne et en France) ; et d’autres prêtant une origine locale au virus (comme en France, où une vidéo virale affirmait que le Covid-19 avait été conçu par l’institut Pasteur). en Espagne et au Royaume-Uni), en se basant parfois sur des images de vaccins pour animaux (comme ici en Italie, au RoyaumeUni et en Espagne). De fausses informations sur une prétendue vaccination obligatoire ou forcée ont par ailleurs circulé en Allemagne et en Espagne, et des publications selon lesquelles une émeute aurait éclaté au passage de véhicules transportant des vaccins contre le Covid-19 en Afrique du Sud, ont été partagées en France.

Les masques et équipements de protection

Les fausses informations concernant le port des masques et les équipements de protection ont formé le dernier grand thème commun aux cinq pays. Nombre d’entre elles concernaient l’efficacité des masques de protection (comme ici en Allemagne, en Espagne, en Italie et au Royaume-Uni), certaines, de l’Allemagne à l’Espagne, affirmant que les masques pouvaient être nocifs. D’autres, notamment en Espagne, accusaient l’OMS d’avoir fait volte-face autour du port du masque. Des publications, en France, en Italie et en Espagne, relayaient des conseils erronés sur la manière de décontaminer des masques en vue de les réutiliser. Enfin, des rumeurs infondées sur l‘acheminement de masques et d’autres équipements de protection ont également circulé en France, en Allemagne et en Espagne.

La 5G

Des théories selon lesquelles le Covid-19 a été créé – ou accentué ou propagé – par la technologie 5G ont été partagées dans les cinq pays et plus particulièrement en Italie et au Royaume-Uni. Des publications ont ainsi mis en avant un lien de causalité entre 5G et Covid-19 en Espagne, en France, en Italie, en Allemagne et au Royaume-Uni. Des images de prétendues destructions d’antennes 5G ont été relayées en Italie et en Allemagne, tandis que d’autres théories conspirationnistes sur le sujet ont circulé en France, en Espagne et en Italie.

Comment prévenir l’infection

Ces conseils pour se prémunir du Covid-19 ont souvent été compilés dans de longues listes de recommandations plus ou moins erronées. Des messages très similaires ont circulé en Espagne et en France, et une autre liste de conseils est apparue au Royaume-Uni. L’une des affirmations récurrentes, partagée également en Allemagne et en Italie, était que des températures élevées pouvaient tuer le virus. Ces conseils étaient souvent attribués à des organismes comme l’université américaine Johns Hopkins, l’OMS ou l’Unicef, mais aussi à des médecins.

Bill Gates

Bill Gates, cofondateur de Microsoft et philanthrope, s’est retrouvé au centre de nombreuses théories du complot – dont certaines, déjà mentionnées, autour de l’origine du virus et des vaccins. Des publications, partagées dans l’ensemble des pays, affirmaient que Bill Gates avait déposé un brevet pour le Covid-19, ou qu’il disposait déjà d’un vaccin contre le virus (comme ici en Espagne ou au Royaume-Uni). D’autres, partagées notamment au Royaume-Uni et en Italie, ont sous-entendu que Bill Gates, dont la fondation a participé à une simulation de pandémie en 2019, était informé de l’existence du virus avant son apparition officielle en Chine.

Le coronavirus et la grippe saisonnière

Des comparaisons trompeuses entre l’épidémie de Covid-19 et la grippe saisonnière, émanant parfois de médecins et de responsables politiques, ont circulé dans de très nombreux pays – notamment en France, en Italie, au Royaume-Uni et en Espagne –, la majeure partie du temps pour minimiser la gravité du virus, comme ici en Allemagne et en Italie.

LES SUJETS POLITIQUES

Dans tous les pays, des fausses informations ont circulé sur les politiques menées pour tenter d’endiguer l’épidémie. Celles-ci concernaient généralement des lois nationales, de fausses actions et déclarations attribuées à une personnalité politique ou aux autorités. Parfois, des lois instaurées au sein d’un pays pouvaient donner lieu à une interprétation erronée dans un autre. Dans l’échantillon étudié, le pourcentage d’articles de vérification portant sur des sujets politiques varie d’un pays à l’autre. Cela peut être lié à une masse de désinformation plus ou moins grande sur ce thème dans chacun des pays ou aux choix éditoriaux des médias qui y travaillent.

Made with Flourish
Made with Flourish
Made with Flourish
Made with Flourish

QUELQUES OBSERVATIONS

Tandis que l’épidémie de nouveau coronavirus se propageait en Europe, les événements se déroulant dans un pays faisaient souvent l’objet d’un intérêt dans un autre. Pendant le mois de mars, alors que les Italiens étaient les premiers confrontés à une flambée du nombre de cas, des informations trompeuses ou erronées sur la situation sanitaire du pays ont circulé en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne ou en France. Un sujet retrouvé dans les cinqs pays était une fausse croyance selon laquelle les communautés musulmanes faisaient l’objet d’un traitement préférentiel de la part des autorités. Des exemples de ce type ont été repérés en France, Allemagne, Espagne, au Royaume-Uni et en Italie. Certains thématiques ayant fait l’objet de nombreuses fausses informations dans un pays étaient peu ou pas présentes dans un autre. Le Royaume-Uni a fait face à beaucoup d’affirmations infondées concernant les effets de l’épidémie sur les animaux de compagnie. La désinformation sur les migrants a beaucoup circulé en Allemagne. Une intox sur des voleurs donnant des masques imprégnés de produits chimiques à leurs victimes pour les immobiliser a été diffusée en Allemagne et en Espagne. Ce pays a d’ailleurs été la cible de nombreux canulars et arnaques liés à la technologie. Toujours en Espagne, une fausse information a circulé prétendant que l’application de messagerie WhatsApp était surveillée et censurée. Cette infox aurait pu être relayée dans les autres pays, qui utilisent beaucoup l’application. Mais cela n’a pas été le cas.

Un rapport commun réalisé par :